Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 00:57
L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017

Nous avons inauguré le nouveau CDI du GOD après l'exercice incendie qui a eu lieu en présence des pompiers.

Nous avons fait une boite à idées pour donner nos idées d'amélioration du CDI. Nous aimerions encore plus de livres, des plantes, des fans pour la ventilation, un canapé, des chauffeuses, des tableaux pour la décoration !

 

 

L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017
L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017
L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017

La semaine précédente nous avons aidé Madame Camallonga, notre documentaliste  à tout ranger sur les rayonnages du CDI

 

 

L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017
L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017
L'inauguration du CDI du GOD, 1 septembre 2017
Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 21:48

 

"L'île"

par Willy Wadrenges

 

 

En sortant de la cabine, nous entendîmes le capitaine, avec la longue vue, criant :

-Terre, terre…Mr. Wolf , nous avons trouvé une nouvelle terre hostile.

-Est-ce qu’il y a des habitants dans cette île ? demanda père.

-Cela nous le découvrirons sur place monsieur, déclara Mr. Cook,

En se retournant :

-Général !! Qu’en dites- vous ?

-Je pense qu’une petite expédition en milieu hostile nous fera du bien.

Le bateau se dirigea vers l’île, nous embarquâmes dans des canaux. Nous étions dix : le père, Mr. Cook, le général ainsi que cinq de ses hommes, le traducteur et moi.

En pénétrant dans la jungle nous découvrîmes des choses extraordinaires. Il y avait des plantes bizarres, une ayant des racines parcourant toute l’île, et même touchant la mer. Le silence nous envahit, mais ce silence était trompeur. De tous les côtés surgirent des hommes torses nus, ils étaient habillés avec des feuilles cachant leurs parties intimes.

-Cil e ju, the inij e kô,ka e ka lê e pune

Nous ordonnant de lâcher nos armes, Mr Cook eut la brillante idée d’essayer de communiquer avec ces sauvages.

-Nous venons en paix, nous sommes vos amis, dit-il en posant son arme.

-Je crains qu’ils ne vous comprennent pas, dit le traducteur en posant à son tour son arme.

-Troemi, dit un sauvage, il avait le nez transpercé par un os.

Nous étions très impatients de découvrir où ils allaient nous emmener. Ce que nous vîmes alors était stupéfiant : des cases alignées sur la droite et la gauche. Au bout, il y en avait une, pas comme les autres : elle était deux fois plus grande, et sur son sommet, on voyait une sculpture en bois. C’était une flèche faîtière semblable à celle des polynésiens.

De cette case, sortit une femme.

Jamais, même en rêve, rien d’aussi parfait ne s’était présenté à mes yeux : une peau d’une noirceur éblouissante, des cheveux sombres, de longs cils et des prunelles bleues, si claires et si transparentes, que je voyais son âme à travers aussi distinctement qu'un caillou au fond d'un ruisseau. Et je sentis que, s’il m'arrivait d'aimer quelqu'un, se serait elle.

Vêtus de feuilles de cocotier, les sauvages nous observaient. Ils nous piquaient le dos avec leurs lances pour que nous avancions. Je constatais qu'ils nous emmenaient dans l’immense case qui se trouvait en face de nous.

Nous y entrâmes, des gens étaient assis en cercle et au milieu, l’homme avec le nez transpercé par un os. Peut-être était-ce le grand chef.

-lô jê, lô jê , dit-il en nous faisant signe d'avancer.

Nous nous asseyâmes, les guerriers coupèrent les lianes qui nous servaient de menottes.

-Je crois pouvoir parler avec eux ,dit le traducteur en chuchotant.

-Il faut absolument qu'on communique avec eux, dit Mr. Cook.

Dans le foyer, des bouts de bois et des cendres mouillées, il ne pouvais pas y avoir de fumée ; pourtant, pendant que le traducteur essayait de parlementer une fumée verte jaillit des cendres. Cette fumée sembla nous endormir : les yeux encore à peine ouverts, il me sembla que la fumer n’avait aucun effet sur les kanak. L'obscurité m’envahit .

En me réveillant, je vis quatre petites pattes de dragon ; levant les yeux, deux petites ailes de roussette et encore plus haut un corps de lion.Cette vision me terrorisa. Me mettant debout, je vis autour de moi plusieurs animaux bizarres : un avec une tête de tigre, le corps d'un serpent et des ailes d'aigle.Mais le plus extraordinaire, c’était cet animal : un corps de cerf, une queue de scorpion , une langue de vipère, des grosses cornes de vache , des pattes de lion avec des griffes tranchantes, et de longues dents pointues de crocodile .

Je sentis que la bête allait me poursuivre car, comme un taureau, elle chargea. Elle me rattrapa et, voulant me griffer, sauta et tomba à côté de moi, me blessant à l'épaule. Pris de frayeur je courus à toutes jambes et ne regardant pas devant moi, je me cognai la tête sur un arbre qui avait des fleurs. En sortirent des moustiques de la taille de chauves-souris. À Ce moment , je m'évanouis .

Et comme par magie je me retrouvais dans la case. En sortant, je vis tout l’équipage du bateau se faire couvrir de fleurs par les habitants.

-Ce n'étais qu'un rêve, dis-je en souriant.

Mais il y avait sur moi, les poils d'un animal, je ne sais pas lequel, et surtout la blessure que m’avait faite cette chose était toujours là…


 


 


 


 


 


 


 


 

Mon île

par Claude Forrest

 

Je rentrais de l'école, très fatigué mais content car c’était le début du week-end. Sur mon chemin j’aperçus une affiche publicitaire d'une île Mélanésienne. Cela me donna envie de voyager. Je voyais une immense bande de sable qui s'étendait sur plusieurs kilomètres, plein d'arbres fruitiers : cocotiers, manguiers... Je soupirai un grand coup puis je repris le chemin du retour.

Quelques minutes après ma rencontre avec l'affiche, je sentis le sable sous mes pieds , la chaleur sur ma peau et j'entendis le vent siffler.

Je levai la tête et là j'étais sur l' île mélanésienne exactement comme sur l'affiche !

À ce moment-là, je ressentis plein d’émotions : la peur, le doute, la joie ; je ne savais pas quoi faire. Finalement, il n' y avait rien de mieux que de profiter .

Je courais partout, je criais, je grimpais aux arbres, je jouais sur le sable …puis je construisis une cabane, cueillis des fruits pour m'alimenter en attendant la tombée de la nuit .

 

Soudain , je vis que le temps devenait pluvieux: la pluie, le vent, le tonnerre et des éclairs se manifestèrent. Il n y avait pas d'endroit où se cacher. Peu de temps après, une énorme tornade arriva.

Celle-ci détruisit ma cabane ; puis à mon tour je fus aspiré dans l’œil du cyclone .

J'étais empli de terreur, je pensais mourir. Je suffoquai, manquai d'air et perdis connaissance…

J’essayais de reprendre mon souffle ; mes yeux s'ouvraient puis se refermaient.

Tout à coup, je me réveillai dans ma chambre. Je ne savais pas ce que je faisais là.

Où était passée mon île ?

Mes parents entrèrent dans la pièce et me dirent qu'ils m'avaient trouvé sur le trottoir devant une affiche, et que j’avais perdu connaissance . Puis ils m'avaient ramené ici .

Je me posais plein de questions : était-ce un rêve ? ou bien avais-je eu de la fièvre ?…

 

Ce qui me fit le plus douter c'est qu'en desserrant ma main j’y trouvai un joli coquillage et me rendis compte que mes pieds étaient recouverts de sable.

 

Le Rêve

 

Par Morgane Midraia

 

Au Sud de l'île de Lifou dans le district de Lösi, ma petite famille et moi vivions paisiblement sans aucune crainte...

 

Un jour mon père et moi, nous nous sommes disputés car il m'avait surprise en train de fumer. Je décidai de m'enfuir de la maison. Je courus et courus pendant de longues heures, j'empruntai bientôt un chemin étroit ; jusqu’à que je trébuche et me cogne la tête par terre.

 

Lorsque je me réveillai, je remarquai que j’avais des marques sur le cou, qu'il faisait nuit et que j'étais dans une espèce de manoir. « Où suis-je!! », criai-je d'une voix stridente. J'étais à moitié endormie, j'avais de la fièvre et je me demandai ce que je faisais là.

 

Dans la chambre où j'étais, par la fenêtre, il me sembla apercevoir quelqu'un qui faisait une ronde de surveillance dehors. Cette personne avait de longs cheveux noirs qui cachaient son visage, elle me semblait être une femme.

Ensuite j'entendis des bruits bizarres tels que des fenêtres qui grinçaient, des portes qui claquaient et des chuchotements qui résonnaient dans toute la pièce.

Sans hésitation, je me levai et courus sans savoir où j'allais pouvoir m'échapper.

J'arrivai bientôt devant une porte qui était ornée d’une tête de mort sanguinolente.

J'entrai dans cette chambre éclairée par la lune, quand soudain j'entendis une voix qui m'appelait. Cette voix ressemblait à celle de ma mère !

Ma mère m'appelait au secours, donc je courus vers elle !

Mais quand j'arrivai, j'aperçus cette jeune fille qui me semblait familière.

« Mais oui c'est cette fille qui tout à l’heure faisait la ronde. »

Elle m'aperçut, malgré ses longs cheveux, elle arriva vers moi en rampant comme

si elle était possédée.

 Tous les poils de mon corps commencèrent à se hérisser. Je voulais m' échapper, mais mes pieds avaient comme pris racine.

Le monstre ouvrit grand sa bouche et s'approcha de moi comme s'il voulait m'avaler…

 

«Noon ! » criai-je en me réveillant,en suant et en tremblotant.

La première chose que j'ai faite c’était de vérifier si j'étais bien chez moi.

Mon père entra dans la pièce et me demanda :

« Que faisais-tu dans le kuluélé ! ,

Je le regardais droit dans les yeux et je lui dis :

- Papa, je ne sais plus, je pense que j'ai perdu la mémoire en me cognant.Mais, que faisais-tu au kuluélé ?!

-Tu n'a pas besoin de le savoir... »

«  Était-ce un rêve ou la réalité !? » me demandai-je.

Je pense bien que jamais je ne le saurai...

 

  

Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 23:52

"Rébaze et le démon"

Au lever des soleils, Rébaze se réveilla ; aujourd’hui il allait chasser. Il descendit de son hamac tendu au sommet d’un des plus grands arbres de la forêt, étira ses quatre bras, dérouilla ses grandes oreilles, puis sauta de l’arbre.


Ça ressemblait à une journée de chasse normale. Sur son chemin, il vit beaucoup d’arbres déracinés et plein de cadavres debigayacks. La chose qui les avait éventrés devait être une machine à tuer car elle n’avait pas mangé ses victimes. Les bigayacks étaient semblables à des yaks mais de la taille d’un éléphant. Pour les tuer, il fallait vraiment être fort. Son instinct de chasseur lui disait de rentrer chez lui mais il devait ramener à manger pour sa famille. Mais soudain, vision d’horreur!!! Un énorme démon d’une dizaine de mètres de haut avait surgi devant lui. Son dos était hérissé de pointes, il avait quatre yeux et une corne de rhinocéros au milieu du visage. Ses dents étaient aiguisées comme des poignards. Il avait l’air de ne pas très bien voir mais il se servait de son nez. L'animal fonça sur lui puis tout devint noir.

Quand il se réveilla, Rébaze était dans son hamac et sa femme veillait auprès de lui.
Quand elle vit qu' il était réveillé, elle lui raconta ce qui lui était arrivé. Apparemment,
des chasseurs l'avaient trouvé inconscient et l'avaient ramené au village.
Rébaze essaya de bouger, mais son corps était trop endolori. Sa femme étant partie
chercher des plantes médicinales, il prit appui sur une table et réussit à se lever, le
chasseur courut jusqu’à son ptérodactyle.



 

Cet animal était l’un des plus majestueux de la forêt : il pouvait changer de couleur comme un caméléon et mesurer jusqu’à 50 mètres. Tous les animaux le respectaient. On disait même que celui qui en tuait un était maudit jusqu’à sa mort.
Rébaze sauta prestement sur l’animal et il s’envola. Au bout d’une heure à virevolter dans les nuages, il vit le monstre au milieu d’une clairière, on aurait dit qu’il l’attendait.
Rébaze piqua vers la clairière et tira une volée de flèches sur le monstre ; elles ne l’égratignèrent même pas .Énervé il sauta à terre, à peine l’avait-il touché que le démon l’envoya rouler contre la falaise. Il se releva tant bien que mal et observa attentivement le monstre. Ses yeux étaient les seules parties de son corps que Rébaze pouvait transpercer.
Quatre secondes plus tard, le monstre se tordait de douleur, les yeux transpercés. Il poussa un hurlement qui fit trembler la terre. Cette fois Rébaze l’avait vraiment mis en colère.
Les griffes et les piquants de l'animal s'agrandirent et il fonça sur le chasseur, mais celui-ci avait prévu cet assaut, deux boules de feux jaillirent de ses mains et il les envoya sur une crevasse.
Les deux flammes explosèrent transformant la crevasse en gouffre, le démon qui ne voyait plus rien tomba dedans et s'empala sur des stalagmites de cristal. Quan
d à Rébaze il apprit ce jour là qu'il avait des pouvoirs et il devint un chasseur de démon.
Fin

L'aventure de Ryorels

 

Sur la planète Velda, vivait un peuple du nom de Ervil. Ce peuple était hors du commun, il avait une technologie avancée, tous les habitants avaient des ordinateurs intégrés à leur bras, une puce leur permettant de se connecter à n'importe quel réseau dans tous les univer. Cela leur servait aussi à pirater toute technologie virtuelle. Ils pouvaient se transporter dans tous les mondes en changeant d'apparence grâce à un collier, adoptant ainsi les avatars voulus. Leur nourriture était délicieuse à leur goût, mais pour nous humains, cela serait effrayant : des pommes juteuses au goût de sang d'humain, du riz fait avec de la boue …

Une jeune fille de ce peuple, nommée Ryorels était la plus belle, la plus intelligente, la plus gentille , elle savait se battre comme personne. Elle aimait les jeux dangereux, comme par exemple : la guerre, les batailles de lave (heureusement qu'ils sont immortels) . Elle avait la peau bleue, des yeux multicolores, des cheveux couleur d'or. Elle était mince, et sa tête était ornée de cornes rouge.

Entre ses deux cornes se trouvait une flamme mauve.

 

Un jour elle se promenait dans sa ville quand elle vit un sentier et le prit. Sur ce chemin, il y avait un panneau : ATTENTION, mais elle ne le vit pas car il était au sol, donc elle continua sa route.

Elle arriva dans une forêt, tout à coup, une porte apparut; sur celle -ci se trouvaient trois boutons : rouge, vert, et bleu.

Elle ouvrit la porte, l'intérieur était semblable à un univers numérique. Elle franchit la porte et apparut au G.O.D (notre collège de Lifou).

Ryorels nous vit, nous les élèves, et sa réaction fut surprenante ! Elle se mit à hurler de peur devant nous, nous aussi.

Les cinquièmes sortirent pour voir ce qui se passait dehors. Notre professeur essaya de calmer cette créature, car elle n'était ni effrayée ni surprise. Ryorels prit peur en la voyant arriver et commença à jeter des chaises et des tables sur notre professeur, celle-ci se refugia sous son bureau avec quelques élèves.

Les autres élèves se mirent à jeter des pierres sur Ryorels, qui se mit de plus en plus en colère, jusqu’à ce qu' arrivent les douze filles de 5ème. Ces douze filles la calmèrent, et là l' une d'elles lui proposa de l' héberger chez elle .

 

Deux semaines passèrent et cette élève lui dit:

- Tu dois partir car tes parents s’inquiètent surement pour toi .

- Oui je vais retourner rejoindre mes parents, car ils me manquent aussi, et merci de m'avoir appris votre langue .

 

Ryorels prit la porte et la voilà chez elle, où toute cette aventure avait commencé . Mais tout ça n'était qu' un simple canular de la part de son amie favorite des réseaux. Le pirate lui dévoila tous cela par courriel , toutes ses phrases se terminant par des petites émoticônes. Ryorels lui pardonna et lui montra toutes les photographies qu’elle avait prises sur Terre. Et c'est là que l'aventure de Ryorels se termina.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 00:17
Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Lundi, nous avons fait cours "hors les murs" avec Mr Kohli, notre professeur de SVT, Mme Cannet, notre infirmière et Mme Camallonga, notre documentaliste.

Dépistage du diabète et mesures d'IMC sous le faré des segpa près de l'infirmerie.

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mesure de la taille des élèves

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mesure de la taille et poids des élèves et professeurs

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA
Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA
Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA
Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mesure le L'IMC (indice de masse corporelle ) avec le disque

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Armand calcule son IMC

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Le matériel de dépistage du diabète

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mildred pique Ernest avec l'appareil

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mesure IMC avec Jean

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Loilapa

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Maria et Dominique

On travaille !

Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA
Dépistage du diabète hors les murs avec les  3ème PDMF réussite du collège LAURA BOULA

Mr Kohli et Jean, calcul de l'IMC

Ce dépistage nous a beaucoup plus et nous avons beaucoup appris sur notre santé !

Loilapa et Berthe

Repost 0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 23:12

Cette année, les 6ème1 et 6ème2 du Collège Laura Boula participent à une même classe PAC, L'odyssée des îles, créee par Mme Brignou Ledan, Mme Daldossi et Mme Camallonga

Les élèves vont monter un spectacle inspiré par deux contes : "Les orangers de Tahiti"  et "Xetiwan".

Talofa Bienvenus à, Tahiti et à Lifou, en musique, en chanson et en danse !!

Nous faisons  intervenir notre sculptrice sur métal AKA pour créer des instruments qui serviront à la mise en scène du spectacle, puis des décors...

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

 Pauline et Mme Camallonga sont les photographes !!

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Création des bâtons de pluie

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

La harpe bassine

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Jimaima et la harpe bassine

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Caisses

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Contre bassine

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

La coupe des tubes d'acier pour le xylophone

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Réalisation du support du Xylophone suspendu en bambou  avec Charlotte et Romane

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Coupe et assemblage des tubes

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Dernières  frappes pour fixer les tubes

L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62
L'Odyssée des îles, deux classes PAC au collège, 61-62

Fin d'ateliers, les instruments sont terminés, ils seront décorés en arts plastiques avec Mr Moussarie

Réalisation de la harpe bidon, Lydia et Vaitiare

Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 04:48

Nous sommes la classe de PDMF du Collège Laura Boula, réussite.

Nous avons signé en début d'année avec nos parents et notre équipe

d'enseignants un

contrat de réussite!!

 

Toute cette année, nous allons publier sur nos stages professionnels, nos projets, formation PSC1 etc...

 

1ère étape : rencontre avec Jeanette Ihage qui a crée le gîte

"chez Jeanette" à Luecila

 

Le geste en arrivant a été réalisé par Alfonse

 

Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite

Visite chez Jeannette par XadrengË

Vendredi 24/03/2017 la classe de 3ème réussite nous sommes partis visiter le gîte chez Jeannette IHAGE. Pour commencer Jeannette nous a accueillis dans le grand préau. Ensuite Alphonse a donné le geste.  Dès qu’Alphonse a donné le geste Jeannette nous a fait visiter le gîte. Après on lui a posé des questions sur le  déroulement de sa journée au gîte, comment elle avait crée sa structure touristique, si elle prenait des stagiaires etc.… Jeannette nous a fait boire un p’tit jus de fruit. Et enfin pour terminer on a fait des p’tites photos. La sortie s’est bien passée car tout le monde a aimé même ceux qui ont organisé la visite : Mme Camallonga et Mr Vega

 

 

Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite

Visite gîte chez Jeannette par Mavrick

 

Accueil

Nous avons tout d'abord fait la coutume pour nous abaisser devant Jeannette, ensuite elle nous a remercié.

La visite du gîte.

Pour commencer notre visite, Jeannette nous a présenté sa salle où elle accueille ses touristes. Elle nous a montré ensuite ses paillotes.

Dans la salle d’accueil il y a des tables pour manger, la télé et des décorations très jolies.

Dans les paillotes, on trouve des lits superposés, des ventilateurs, des lumières et à l’extérieur un bloc sanitaire.

Jeannette

Jeannette n’a pas eu son bac mais elle à fait des formations à la province sur l’accueil, la cuisine, l'informatique et l’anglais.

En 2004 Jeannette à commencé son projet avec le camping et en 2005 elle a eu ses paillotes fabriquées par les jeunes de Traput. Pour son bloc sanitaire elle à demandé à la province de l’aider.

Pour la finance et la restauration, son mari Mr Samy Ihage l’aide avec son exploitation biodzîles

Pour la cuisine Jeannette cuisine elle-même.

 

Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Notre 3ème PDMF, voie de la réussite
Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 04:46

Trois objets auquel je tiens

Mes raisons de cet attachement

Ainsi ce qu’ils m’évoquent

 

Par Coralie Maccam

 

Le premier objet auquel je tiens, est un bracelet fait de fil de pêche avec plusieurs perles enfilées par quatre, de couleurs oranges et blanches que je porte au poignet gauche.

Je tiens beaucoup à ce bracelet, car il m’a été offert par une personne que j’apprécie beaucoup et que je n’oublierai pas de si tôt.

À chaque fois que cette personne me manque ou n’est pas proche de moi, le simple fait de regarder le bracelet, me fait savoir que cette personne est comme près de moi ou avec moi à l’instant.

 

Le second objet auquel je tiens, est un pique à cheveux possédant deux dents et le haut du pique à cheveux forme un pan, le tout de couleur argenté orné de diamants.

Ce peigne a une grande valeur pour moi car il a été porté par ma mère le jour de son mariage et le lendemain, elle me l’a offert.

C’est un grand honneur que j’ai de le posséder car il est dans ma famille depuis près de six générations.

 

Enfin, le troisième objet auquel je tiens est un pull noir de marque Adidas qui m’a été offert par mon oncle paternel décédé l’an dernier.
Il me l’a offert deux semaines avant sa mort, une fois sa mort annoncée je ne me suis plus séparée de ce pull.

À chaque fois que mon oncle me manque, je le porte, rien que pour sentir son parfum. Le côté piquant me rappelant chaque moment qu’on a passé, chaque phrase qu’il a prononcé. Le côté doux me rappelant ses câlins. Câlins si forts et si puissants jusqu'à s'étouffer sans plus pouvoir ouvrir les yeux. Et enfin de l'air entre dans mes poumons, qui s'embrasent dans un mélange de larmes de joie et de tristesse. Laissant place à de nombreux souvenirs qui resteront à travers ce pull.

Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 23:14

Cette année, la 6ème 2 du collège et les CM2 de Traput (Juliette) et de Luecila (Hélène) participent à la même classe PAC, elles s'intitulent Mots matières et reposent  sur les dix mots du concours de la francophonie.

 

Le 20 Juin, notre classe de 6ème2 et toute son équipe enseignante a invité au collège les CM2 de Traput et de Luecila, pour rencontrer leur intervenante artistique Aka, sculptrice sur métal venue de la grande terre.

 

Tout au long de l'année, les élèves vont créer des oeuvres d'art en volume à partir des 10 mots de la francophonie avec Aka et leurs enseignants, Mmes Camallonga, Laroche, Brigou-Ledan, Darmizin, Maîtresse Juliette et maîtresse Hélène.

 

Durant cette matinée, les enfants se sont rencontrés, ils ont interviewé leur artiste, présenté des scénettes de théâtre, des acrostiches... Ils ont beaucoup échangé avec Aka sur leurs futures créations...

Un goûter avait été organisé pour l'occasion!!!

Une journée pleine de partage!!

Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2

Aka a présenté aux enfants tous les matériaux qui allaient servir aux futures créations en volume!

Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Notre classe PAC MOT MATIERES, 6ème2
Repost 0
Published by CLB
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 22:57

C'est le grand jour, nous sommes le 20 mai, la classe de 6ème 2 commence à créer...dans l'atelier des Segpa avec Aka, Mmes Brigou-Ledan et Camallonga.

 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création

Henriette, Lia, Rebecca et Gisèle font les tasses pour RISTETTE

Les oeuvres d'art ...

 

Poudrerie

 

Dracher

 

Et Vigousse sont presque achévées!

 

 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création

Yaelle et sa poudrerie finie

 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création
 MOT MATIERES, la 6ème2 en pleine création

Marianne et Marthe terminent VIGOUSSE

Les contes écrits en français avec Mme Brignou-Ledan contenant certains mots du concours de la francophonie : Dracher, vigousse, champagné, tap tap, poudrerie, dépanneur, Ristrette, chafouin, fada...

 

"Le petit pantin et le magicien"

 

Il était une fois un père qui avait un fils qui s'appelait Pinocchio. Son père n'était jamais chafouin. Il vivait dans un petit village près d'une montagne qu'on appelait Mont Gicien où résidait un magicien terrible. Pinocchio avait des habits rouges et verts un chapeau noir. Il avait des cheveux violets et des yeux bleus .Ses cheveux étaient lisses comme ceux de son père.

Un jour  son père disparut, enlevé par son ennemi le magicien. Alors Pinocchio décida d’aller le retrouver. Soudain, un serpent rouge et noir sortit de nulle part et se jeta sur Pinocchio pour le dévorer. Mais Pinocchio était habile et  mit très vite le reptile en danger. Celui-ci le supplia de l’épargner mais en échange le pantin de bois lui demanda de lui dire où se trouvait la montagne du magicien. Le serpent voulut bien lui dire, mais à une condition : de traverser le lac sans fond . Pinocchio accepta.

Mais ce lac était maléfique : il attirait au fond tout ceux qui s’y baignaient. Puisque Pinocchio était en bois, il flottait. Et il flottait tellement qu’il traversa le lac sans problème.  Et il se mit à marcher.

 En chemin, il croisa des animaux fadas, à cause du manque d’eau, puisqu’ils étaient dans le désert. Enfin, il arriva au Mont Gicien.

Pinocchio gravit la montagne pendant des jours  et des jours. De temps en temps il drachait. Quand il arriva au  sommet du Mont Gicien, il vit des poudreries  s’envoler et il vit le château du magicien. Il entra dans la demeure et il rencontra le mage. Le petit pantin mentit tellement que son nez grandit et embrocha le méchant.Ainsi il partit avec son père chez eux.                                                                                                     

Fin

 

Tom, Louise, Marthe, Eden, Lia

"JACK ET LA LUMEROTTE MAGIQUE " 

Il était une fois un jeune garçon vigousse et tête en l’air, nommé Jack, qui se levait tous les matins pour prendre le tap-tap  vers 4h du matin. Toute la journée, il restait au dépanneur pour travailler. Tous les soirs son amie venait prendre la relève vers 22 h. Jack rentrait chez lui à pied.

Mais ce soir là, Jack s’était perdu et il rencontra  une vieille femme fada  qui avait un pouvoir de téléportation . Et elle lui demanda :

«  Qu’est ce que tu fais ? »

« Je suis perdu » répondit Jack. Elle lui proposa un marché :

« Si tu me rapportes la lumerotte magique du dragon, je  te téléporterai  chez toi.

- Où puis-je la trouver ? 

- Il faut que tu te rendes chez le dragon dans la grotte de l’Est et que tu le tues avec cette épée magique . »

Le jeune homme  partit avec une grosse peur mais confiant  de pouvoir rentrer chez lui. Arrivé là-bas, le dragon était endormi. En marchant ; Jack n’avait pas vu la queue et l’écrasa, alors le dragon  se réveilla. Il lui jeta  des flammes et avec un simple réflexe, il se protégea avec son épée. Ils se battirent et il vainquit le dragon. Jack récupéra la lumerotte pour la vieille femme. Enfin, Jack revint avec la lumerotte et la donna  à la vieille femme. Comme promis la vieille femme le téléporta jusqu’à chez lui.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 03:40

Tout au long de l'année, les 5ème du collège ont fait des recherches documentaires sur Marco Polo et la route de la soie au CDI avec Mme Camallonga.

Reportage!!

 

Qu'est-ce que la route de la soie ?

 

« La route de la soie » est le nom donné aux anciens itinéraires reliant la Chine à l’Occident. Les voies de communication permirent le transport de marchandises précieuses comme la soie (inventée par les chinois), les épices, les pierres précieuses et les échanges d’idées. 

Marco Polo, son père et son oncle ont emprunté cette route dans son intégralité.

Marco Polo et la route de la soie par les classes de 5ème
Les élèves et leurs panneaux!
Les élèves et leurs panneaux!
Les élèves et leurs panneaux!

Les élèves et leurs panneaux!

Les instruments de navigation!!

Les instruments de navigation!!

Les épices viennent d'Orient!

 

Les élèves vous présentent leurs 6 épices et leurs vertus culinaires ou pharmaceutiques

Les épices et leurs vertus
Les épices et leurs vertus
Les épices et leurs vertus

Les épices et leurs vertus

Dessins d'épices réalisés par les élèves
Dessins d'épices réalisés par les élèves

Dessins d'épices réalisés par les élèves

Jean-François et Claude présentent leurs dessins d'épices, la badiane et le safran
Jean-François et Claude présentent leurs dessins d'épices, la badiane et le safran

Jean-François et Claude présentent leurs dessins d'épices, la badiane et le safran

Les 6 épices de Waifit

 

  1. Les clous de girofle : Ils servent à soulager les douleurs, cicatriser les blessures, fortifier l’estomac et le cœur et surtout pour préserver de la peste.  Il calme aussi les douleurs dentaires.

                                                             

  1. La noix de muscade : Elle est utilisée contre des maladies de peau et des troubles de la digestion. On peut retrouver de la noix de muscade dans des crèmes anti-rhumatisme, des pastilles pour la gorge ….  

                                                                           

  1. La cannelle : Sa forme d’origine ressemble à de petits tubes, mais on la consomme souvent moulue. Très appréciée pour sa saveur parfumée, elle est également riche en antioxydants (les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages) potentiellement bénéfiques pour la santé.

                                   

  1. Cardamone : La cardamome est utilisée pour traiter les infections dans les dents et les gencives, pour prévenir et traiter les problèmes de gorge, la congestion des poumons, la tuberculose pulmonaire et l'inflammation des paupières. La cardamome peut être utilisée pour calmer les douleurs d'estomac après un repas trop lourd et pour faciliter la digestion en général. Elle permet également de neutraliser l'odeur de l'ail quand on en croque après le repas. Elle aurait également des vertus stimulantes. Elle aurait aussi été utilisée comme antidote contre les venins de serpent et de scorpion.

                                      

  1. Cumin : Utilisé pour tiédir la rate ou réduire les excès de chaud du foie, et améliorer l'appétit. On l'utilise pour parfumer des plats de viande ou de poisson

 

6 : Le gingembre : il a des propriétes antiseptiques. Il se consomme frais, séché ou confit.

 

                             

 

 

                   

         

                    

                  

                    

Les épices
Les épices

Les épices

Marco Polo et la route de la soie par les classes de 5ème
Les élèves vous présentent leurs panneaux
Les élèves vous présentent leurs panneaux

Les élèves vous présentent leurs panneaux

Gustave et son bateau
Gustave et son bateau

Gustave et son bateau

Qu'est-ce que la SERICICULTURE ou l'art de fabriquer de la soie ?

 

L'invention de la soie est chinoise et date de 2000 avant JC. Restée secrète, elle n'est connue en Europe qu'au XIIème siècle.

 

 

Marco Polo et la route de la soie par les classes de 5ème
Marco Polo et la route de la soie par les classes de 5ème
La sériciculture par Marianne Kausuo
La sériciculture par Marianne Kausuo
La sériciculture par Marianne Kausuo

La sériciculture par Marianne Kausuo

Repost 0
Published by CLB
commenter cet article